Kyste Ovarien : tout savoir

Les femmes souffrent de plusieurs affections parmi lesquelles le kyste ovarien. Cette affection est souvent dénuée de symptômes. Cependant, lorsqu’elle est vite détectée, il est possible d’en guérir. Découvrez, dans cet article, les informations exhaustives sur cette maladie purement féminine.

Kyste ovarien : qu’est-ce que c’est ?

Le kyste ovarien est une sorte de poche contenant du liquide qui se développe dans l’ovaire. Il se forme dans l’un dans les deux ovaires et peut toucher toutes les femmes. Cette pathologie est le plus souvent bénigne. Toutefois, il nécessite une surveillance toute particulière. En effet, le kyste ovarien est indolore, asymptomatique dans son état primitif, mais peut devenir dans certains cas, un cancer. C’est la raison pour laquelle, il est important de suivre son évolution de près. On distingue deux différents types de kystes ovariens : le kyste ovarien fonctionnel et le kyste organique.

Le kyste ovarien fonctionnel est le kyste le plus fréquent chez les femmes. Il est lié au fonctionnement de l’ovaire et aussi au cycle menstruel de la femme. C’est un kyste qui est présent chez les femmes entre la puberté et la ménopause. Comme à la ménopause il n’y a plus d’ovulation, alors il est rare qu’une femme ménopausée ait un kyste fonctionnel. Dans la plupart des cas, ce kyste disparaît spontanément après quelques semaines. Toutefois, un traitement médical permet de réprimander ce mal. On distingue deux kystes ovariens fonctionnels. Le kyste ovarien folliculaire est le premier type correspondant à une évolution anormale d’un follicule. Le deuxième quant à lui correspond à une accentuation du volume du corps jaune : c’est le kyste ovarien lutéal.

Le kyste organique encore appelé kyste non fonctionnel peut être bénin ou malin selon le cas. Le dépistage s’avère indispensable alors pour établir un traitement médical adéquat. Il existe 4 types de kystes organiques :

  • les kystes séreux
  • les kystes liés à l’endométriose
  • les kystes muqueux
  • les kystes dermoïdes rarement cancéreux.

Ces kystes comparativement aux kystes fonctionnels ne régressent guère. Ces kystes peuvent entraîner assez de complications. En effet, lorsqu’ils ne disparaissent pas, ils peuvent se rompre, se tordre, s’infecter ou comprimer les organes voisins.

Comment diagnostiquer un kyste ovarien ?

Le kyste ovarien peut être diagnostiqué au cours d’un examen gynécologique. Lorsqu’il est suffisamment gros, il peut être détecté lors du toucher vaginal. De manière générale, une échographie, une radiographie, ou une IRM sont les moyens les plus utilisés pour détecter la présence du kyste ovarien.

L’échographie peut être faite par voie abdominale ou endovaginale. Il permet de déterminer la taille et la forme du kyste. La visualisation du kyste par l’échographie permet de déterminer son emplacement exact.

La radiographie quant à elle, donne des informations relatives aux calcifications liées au kyste alors que l’IRM est relative au kyste volumineux.

Quelles sont les causes et les manifestations du kyste ovarien ?

Les causes des kystes varient en fonction de la nature des kystes. Les kystes fonctionnels par exemple sont causés par le fonctionnement de l’ovaire. Dans certains cas, la prise de stimulants ovariens et certaines pilules contraceptives sont des facteurs favorisant le kyste ovarien fonctionnel. Concernant le kyste organique, il peut être une émanation de l’endométriose ou la persistance de certaines cellules non matures dans l’ovaire.

Lorsqu’il est de petite taille ou à l’état primitif, le kyste ovarien n’entraîne aucun symptôme. Toutefois, dans certains cas, on peut constater :

  • des douleurs pelviennes
  • des règles longues et douloureuses
  • des vomissements
  • de la constipation et de la nausée
  • de fortes douleurs pendant les relations sexuelles
  • des saignements consistants
  • des difficultés à uriner, etc.

Ces symptômes ne sont pas d’office ceux du kyste ovarien, car ils peuvent être observés dans d’autres cas.

Comment traiter le kyste ovarien ?

Le traitement du kyste ovarien est fonction de la nature du kyste. Lorsque nous sommes dans le cas d’un kyste fonctionnel, on peut faire recours à un traitement hormonal à travers une pilule oestroprogestative. Cette pilule va bloquer l’ovulation et réprimander le mal. Ce traitement est prisé dans le cas où le kyste ne disparaîtrait pas de lui-même. Il faut le surveiller.

Lorsque ce kyste est trop gros ou devient douloureux, une intervention chirurgicale est obligatoire. La cœlioscopie est la méthode utilisée. Cette technique nécessite de petites incisions.

Pour les kystes organiques, la chirurgie est la seule option envisageable. On peut réaliser selon le cas, une ovariectomie, une annexectomie ou une kystectomie (ablation du kyste). Ces différentes techniques n’ont aucune influence négative sur la conception.

Le kyste ovarien est une affection qu’on retrouve chez les femmes. Il a diverses causes. Bien que souvent bénigne, il peut néanmoins devenir dangereux dans certains cas. Pour cette raison, il faut surveiller son évolution de près et opter pour un traitement en cas de nécessité.

Leave a Reply